Pacte mondial pour des migrations sûres, régulières et ordonnées ; Djibouti au diapason

    279

    La conférence intergouvernementale sur le pacte mondial pour des migrations sûres, régulières et ordonnées s’est tenue du lundi 10 au mardi 11 décembre 2018 à Marrakech, au Maroc.

    La République de Djibouti y était représentée par son ministre de l’Intérieur, accompagné d’une forte délégation. Lors de sa déclaration faite à cette occasion, M. Hassan Omar Mohamed a d’emblée évoqué les actions entreprises par Djibouti en faveur des migrants et des réfugiés. Il a exhorté également tous les Etats membres à ne pas ménager leurs efforts tournés vers la mise en œuvre des objectifs du GCM. Plus de 150 pays ont adopté lundi à Marrakech le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies, en le défendant par de vibrants plaidoyers face aux critiques des nationalistes et partisans de la fermeture des frontières.

    “Nous ne devons pas succomber à la peur”, a dit le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avant l’adoption formelle de ce texte destiné à renforcer la coopération internationale pour une “migration sûre, ordonnée et régulière”. Comme plusieurs dirigeants présents à Marrakech, M. Guterres a aussi dénoncé les “nombreux mensonges” sur le Pacte qui a généré des tensions politiques dans plusieurs pays.

    Le document doit encore faire l’objet d’un ultime vote de ratification, le 19 décembre à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

    D’une durée deux jours, la conférence intergouvermentale de Marrakech, qui coïncide avec le 70ème  anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, devait être une étape purement formelle du processus onusien.